dimanche 23 juil. 2017

OF : Rencontre entre le Snpefp-CGT et le SYNOFDES du 23 août 2016 – Compte rendu

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_of_identifiant_site_grand_format

CR CGT du RDV du 23 aout 2016 entre le SYNOFDES et le SNPEFP-CGT

Courant juillet 2016, le SYNOFDES (Syndicat national des organismes de formation de l’économie sociale) nous a contacté pour solliciter un RDV afin d’échanger sur la qualité du dialogue social au sein de la Branche professionnelle des organismes de formation.

Pour information, le SYNOFDES (Syndicat national des organismes de formation de l’économie sociale) va déposer dans les prochaines semaines, auprès du ministère du Travail, un dossier pour demander la reconnaissance de sa représentativité en tant que syndicat d’employeurs dans le champ des organismes de formation professionnelle. Son objectif principal étant de faire entendre les spécificités des organismes de formation de l’ESS dans les négociations professionnelles. Une démarche que l’organisation présente comme devant être en « complémentarité » avec l’action de la FFP (Fédération de la formation professionnelle), actuellement unique organisation du secteur représentative à l’heure actuelle mais qui voit cette évolution soit disant d’un œil favorable. Des contacts entre la FFP et le SYNOFDES ont déjà eu lieu.

Un RDV déjeunatoire a eu lieu le 23 août sur Montreuil avec le SYNOFDES et le SNPEFP-CGT. Pour le SNPEFP – CGT , 3 personnes étaient présentes (le SG du syndicat, le responsable du secteur formation et une négociatrice – secrétaire nationale). Quant au SYNOFDES, il était représenté par 4 personnes, Michel CLEZIO (Vice-Président du SYNOFDES et Président de la Fédération nationale des Unions régionales des organismes de formation (UROF), Philippe GENIN, Directeur Adjoint de l’ADEF-CFBT, Pascale GERARD, ancienne vice-présidente (PS) de la région Paca déléguée à la formation professionnelle et à l’apprentissage, qui a rejoint l’Afpa, fin décembre 2015 comme directrice des partenariats et de la diversité au sein de la direction de la stratégie, chargée notamment de la création d’un pôle d’activité dédié aux réfugiés et à d’autres publics en grande précarité, puis Robert BARON – Président, collège employeurs/ USGERES.

Les points sur lesquels nous avons échangé durant le repas (durée 2 heures)

1. Le dialogue social au sein de la Branche ente les OS (organisations syndicales) salariés et la FFP, la CGT et la FFP, notre perception du dialogue social de la FFP

2. Le mandat donné au Président de la Délégation patronale (FFP)

3. Les OF adhérents au SYNOFDES qui ne cotisent pas au 0.05 % (paritarisme)

4. Le nombre réel de salariés d’OF adhérents à la FFP

5. Le paritarisme et notre proposition de répartir les fonds en partie en fonction du poids des OS (sur ce point les SYNOFDES n’y est pas favorable, car probablement perdant si c’était le cas, par contre ouvert sur le poids de la représentativité lors des votes)

D’autres points ont été abordés :

1. Le nombre de commissions, groupes de travail par an et notre souhait de le réduire d’autant que la CCNOF ne prévoit pas de droit syndical

(Assez d’accord avec nous sur ce point sur l’aspect chronophage du nombre de réunions et reconnaitre qu’il y a peut-être la volonté d’écarter les négociateurs salariés de leur lieu de travail pour les couper du collectif)

2. Le regroupement des CCN (pas de position tranchée sur cet aspect, mais à l’écoute)

3. La réécriture de la CCNOF (nous avons bien précisé que le temps de PR pour nous n’était pas négociable)

4. Le règlement intérieur de l’association de gestion et de la CPNN (temps de transports des négociateurs, temps des réunions et temps de travail effectif…)

5. Projet d’accord sur les classifications (explication rapide de notre position)

En résumé un premier contact intéressant qui contraste avec les échanges habituels que nous avons avec la FFP.

La Branche, nous, avons tout à gagner à voir l’arrivée du SYNOFDES (sous réserve de sa représentativité) autour de la table qui rééquilibrera sans doute l’omnipotence actuelle de la FFP (MEDEF – CGPME).

 

Fin du compte-rendu.

*******

 

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA