mardi 24 oct. 2017

CEPNL : CR de la réunion du 26 mai 2016 – Halte à la revue à la baisse des droits des salariés UDESCA et FESIC notamment

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_sup_identifiant_site_grand_format

La CEPNL change à la marge le champ de la nouvelle convention collective et présente un projet de texte pour le fonctionnement du paritarisme. La CEPNL continue à vouloir empiéter sur le champ de la convention étendue EPI (Enseignement privé indépendant – ex EPHC). De plus, alors que les syndicats CFDT/CFTC/SPELC nous jurent depuis le début que c’est parfait et que les droits des salariés ne seront pas revus à la baisse, le premier projet texte de la CEPNL pour le fonctionnement du paritarisme est calé sur celui de la convention la plus précaire de toutes. Bref, les droits des salariés UDESCA notamment sont déjà revus à la baisse …

Résumé :

1/ Acte 1 : Le champ

Le projet de champ a légèrement évolué suite aux demandes de la CGT, de la CFE-CGC et de FO. La CEPNL a enfin compris que les écoles UGEI ne souhaitaient pas revenir à la FESIC et donc à la CEPNL. Le hic (car la CEPNL apprend en marchant …), c’est que cela ne règle pas grand chose au problème de fond car la CEPNL continue à empiéter sur le champ de la convention de l’EPI. On vous en dit plus sous peu …

2/ Acte 2 : Le texte sur le fonctionnement du paritarisme

Scène 1 : Scène pour le moins surréaliste, la CFDT (le syndicat qui mène les troupes et auquel s’accrochent comme d’habitude la CFTC … et le SPELC), demande à prendre la parole. Nous attendons toujours le texte du communiqué car la CFDT ne l’a toujours pas envoyé malgré nos demandes. En gros la CFDT/CFTC/SPELC déclare que le projet de la CEPNL est bien, et qu’il faut regrouper les conventions, et que c’est dans l’intérêt des salariés et qu’ils négocieront (accrochez-vous!) « à droit constant ou supérieur » (dixit les intéressés). Les syndicats CGT, CFE-CGC, FO ne comprennent pas trop le pourquoi de cette déclaration (on dirait la loi El Khomri …) mais se disent en bons psy que cette démarche relève plus de l’auto suggestion ou de la prière … que d’une vérité.

Scène 2 : La CEPNL présente son texte sur le fonctionnement du paritarisme qui constitue une véritable régression notamment par rapport au droit prévu dans la convention UDESCA. L’intersyndicale CGT/CFE-CGC/FO s’insurge en mettant en avant le fait que dès le premier texte (alors que tant d’autres seront à négocier sur les 5 prochaines années) il est question de revoir à la baisse des droits des salariés et demande aux syndicats CFDT/CFTC/SPELC de ne surtout pas signer quoi que ce soit vu qu’il n’y a urgence que pour la CEPNL qui veut assurer sa représentativité. C’est la CEPNL qui répond en disant (en bon négociateur …) qu’il s’agit d’un projet et qu’il convient de le négocier. La ficelle est un peu grosse mais la CFDT/CFTC/SPEL fait mine de l’avaler.

Scène 3 : L’intersyndicale CFDT/CFTC/SPELC entend bien négocier … L’intersyndicale CGT/CFE-CGC/FO dit quant à elle que la négociation est simple et qu’il suffit (au lieu de se caler sur la convention la moins disante comme le fait la CEPNL) de se caler sur la convention UDESCA, la plus favorable aux salariés sur le paritarisme. Négocier sur une base de projet la plus négative pour les salariés n’a aucune chance d’aboutir au mieux disant pour tous. Comment l‘intersyndicale CFDT/CFTC/SPELC compte-t-elle négocier à la hausse comme elle le dit ?

Acte 3 : L’intersyndicale CFDT/CFTC/SPELC au service de la CEPNL et au détriment des intérêts des salariés

L’intersyndicale CFDT/CFTC/SPELC persiste à vouloir accompagner le patronat catholique dans sa démarche. L’intersyndicale CGT/CFE-CGC/FO appelle  à ne rien signer car la loi ne donne pas de délai aussi strict que le dit la CEPNL (3 ans sont prévus alors que la CEPNL précise seulement deux mois). En fait il s’agit simplement pour la CEPNL d’assurer qu’elle soit représentative dès 2017 et la CFDT/CFTC/SPELC appuie la démarche de la CEPNL, contre l’intérêt des salariés et pour le seul bénéfice du patronat catholique.

La suite à la réunion du mardi 7 juin.

Salarié-e-s des champs FESIC, UDESCA, FNOGEC, … Faites comme certains de vos collègues, contactez-nous ! Et interpellez vos représentants CFDT/CFTC/SPELC dans vos écoles et universités pour leur demander des comptes et leur dire de ne pas signer ! Un exemple à suivre : celui d’un camarade CFE-CGC à l’UCO qui interpelle ses collègues … Voir le communiqué.

 

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA