dimanche 22 oct. 2017

Lettre ouverte à Laurent Berger, Carole Couvert, Philippe Louis : « Ne signez pas l’accord sur les retraites complémentaires ! »

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
logo_la_cgt

Le régime des retraites complémentaires vient de faire l’objet d’un accord de principe conclu entre le patronat (Medef, CGPME et UPA) et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et CFTC), avec pour objectif de rétablir l’équilibre financier. Ses enjeux ont été assez peu médiatisés.
Vous trouverez :
- ci-joint une analyse critique de cet accord, rédigée par Christiane Marty pour la Fondation Copernic,
- et une tribune parue dans Libération, signée de Christiane Marty et Suzy Rotjman à propos de ses effets particuliers sur les femmes.
- et ci-dessous une lettre ouverte de Osez le féminisme !, le Planning familial, la Fondation Copernic, Attac, les Effronté-e-s, etc. aux organisations syndicales qui se sont prononcées en faveur de cette réforme des retraites complémentaires afin que, le 30 octobre, elles ne signent pas cet accord qui aboutirait à pénaliser encore plus fortement les femmes et l’ensemble des salariés les plus précaires.

Ne signez pas l’accord sur les retraites complémentaires !

28 octobre 2015 |  Par Les invités de Mediapart |  http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/281015/ne-signez-pas-l-accord-sur-les-retraites-complementaires

Osez le féminisme !, le Planning familial, la Fondation Copernic, Attac et les Effronté-e-s, etc (1) interpellent les organisations syndicales qui se sont prononcées en faveur de la réforme des retraites complémentaires pour qu’elles ne signent pas cet accord, le 30 octobre.  « Le projet d’accord prévoit que sur les 6 milliards de financement nécessaires, l’essentiel (environ 90 %) sera supporté par les salarié-e-s et les retraité-e-s. Or, les sacrifices que vous leur imposez seront particulièrement discriminants pour les femmes. »


Lettre ouverte à Laurent Berger, secrétaire national de la CFDT; Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC; Philippe Louis, président confédéral de la CFTC

Vos organisations défendent les intérêts des salarié-e-s, femmes et hommes, et se sont toujours déclarées attachées à faire de l’égalité professionnelle une réalité. Or vous vous apprêtez à signer un accord sur les retraites complémentaires Agirc et Arrco qui, s’il était mis en oeuvre, aboutirait à pénaliser encore plus fortement les femmes.

Le projet d’accord prévoit que sur les 6 milliards de financement nécessaires, l’essentiel (environ 90 %) sera supporté par les salarié-e-s et les retraité-e-s.

Or, les sacrifices que vous leur imposez seront particulièrement discriminants pour les femmes. Comme vous le savez, malgré 8 lois successives, les femmes en France gagnent toujours 27% de moins que les hommes, tout temps de travail confondu. Or qui dit inégalités salariales, dit faibles pensions de retraites : les femmes ont ainsi des pensions inférieures de 40% à celles des hommes. Elles ont encore aujourd’hui des carrières plus courtes que les hommes, elles partent en retraite en moyenne plus tard que les hommes (à 62,6 ans dans le régime de base contre 61,9 ans pour les hommes). Toute augmentation de la durée de cotisation exigée pour avoir une pension à taux plein les pénalise donc plus fortement.

De même, la décision de reconduire la sous-indexation des pensions pour trois ans encore va toucher plus gravement les femmes retraitées dont la pension s’élève en moyenne à 951 euros bruts par mois (1654 euros pour les hommes). Les femmes handicapées seront encore plus pénalisées. Car elles ont souvent eu une carrière hachée et des emplois à temps partiel. Leurs retraites seront donc très réduites.

Les chiffrages des caisses AGIRC-ARRCO démontrent que réaliser l’égalité salariale en une décennie permettrait d’effacer tout déficit à l’ARRCO jusqu’en 2040 et de réduire de 46 % le déficit de l’AGIRC. Certains syndicats ont donc proposé d’instaurer une cotisation temporaire pour toutes les entreprises dans lesquelles l’égalité femmes-hommes n’était pas effective, de façon à inciter fortement aux comportements vertueux, et à dégager des ressources supplémentaires pour les régimes.

Ainsi, sur les 6,1 milliards de financements  prévus dans le projet d’accord, 5,35 milliards sont supportés par les salariés et retraités, 780 millions par le patronat, dont pour lesquels vous avez aussitôt obtenu du gouvernement l’engagement d’une compensation. Les femmes, elles, n’auront pas cette chance !

Aussi, nous vous demandons de rester fidèles aux valeurs que vous portez. Vous pouvez agir pour faire de l’égalité salariale une réalité, Nous comptons sur vous ! Ne signez pas cet accord !

Signataires :


Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA