dimanche 19 nov. 2017

OF : conséquences sur les organismes de formation de la mise en place du CPF

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_of_identifiant_site_grand_format

Depuis la mise ne œuvre du CPF les organismes de formation trinquent. On dénombre des baisses importantes de CA pour certains OF (organisme) dont  certains ferment leurs portes. Les OF les plus pénalisés restent  les organismes de langues à cause du retard dans l’éligibilité au CPF des formations linguistiques. Pour exemple, le 30 mars et le 23 avril, deux organismes de formation linguistique réputés, un à Paris et le deuxième dans le Nord, sont entrés en défaillance, dont un a été purement liquidé.

Depuis le début de l’année, on compte deux redressements et cinq liquidations dans le secteur, chiffres certes modestes, mais qui risquent de s’accélérer maintenant que la pointe d’activité due aux contrats DIF signés en fin d’année s’estompe. Certains organismes ont gelé les recrutements, d’autres préparent des licenciements.

Les OF regrettent que le calendrier de mise en œuvre de la réforme ne prenne pas en compte le temps d’appropriation nécessaire aux divers acteurs, entraînant un manque de lisibilité (opacité de l’élaboration des listes, financement méconnu) qui fait obstacle à sa mise en œuvre. Les recrutements sont en général freinés voire remis en question. De plus, il semble qu’une réduction du volume de formation soit à prévoir, entraînant une réduction du prix de vente des formations (parallèlement à une exigence de qualité croissante).

De plus, les OF doivent faire preuve de capacités d’adaptation, pas toujours possibles ni faciles selon les cas. Pour beaucoup, la réforme nécessite de diversifier et « remarketer » leur offre de formation et de renforcer l’accompagnement des individus comme des entreprises.  Dans ce rôle, les OF manquent actuellement de repères fiables pour le moment. La partie commerciale doit se développer.

Pour certains OF, le CPF  donne accès à certaines formations dites éligibles qui ne correspondent pas  à la demande des entreprises, d’autant que la durée de ces formations est souvent longue (minimum 650 à 1 200 h) et de ce fait difficilement accessibles pour les salariés en poste. Certains OF avancent que « la loi, au travers du CPF, a également rajouté un autre financement au bénéfice des demandeurs d’emploi mais pas des salariés ». D’autres questionnent : «  est-ce que des formations diplômantes sont une solution pour  résoudre le chômage ? »

La mise en œuvre du CPF reste mouvementée et les OF  rencontrent  2  difficultés de deux ordres :

• techniques car les bénéficiaires peinent parfois à accéder au site du CPF (difficulté d’enregistrement du mot de passe, etc.)

• procédurales car les process de financement ne sont pas stabilisées : « rien n’est figé dans le marbre, beaucoup d’allers-retours. Les règles ne sont pas claires et pas  cohérentes d’un OPCA à l’autre. Elles se construisent au fur et à mesure », aucune lisibilité des abondements pour le moment.

Enfin,  « les OPCA sont difficiles à joindre, une heure d’attente en moyenne », ce qui « allonge le temps de traitement d’un dossier » et complexifie l’ingénierie financière. A ce sujet, trop « peu de dématérialisation avec les OPCA » est regrettée, ce qui permettrait pourtant d’alléger le traitement des dossiers.

Résultat: « les dossiers sont en attente de réponse depuis janvier 2015 ».

Vous êtes dans un OF (organisme de formation) qui connaît des difficultés de fonctionnement suite à la mise en place du CPF, ou vous souhaitez anticiper,   contactez-nous pour faire le point

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA