vendredi 17 nov. 2017

COP Aix-Marseille : La CGT demande à la direction de stopper ses agissements !

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
La CGT dans les entreprises

COP Aix-Marseille : La face cachée des fusions/acquisitions !

Le secteur de l’enseignement supérieur privé est un secteur très lucratif en général et intéresse depuis quelques années de plus en plus d’investisseurs.

Souvent ce sont les entreprises qu’on absorbe, qu’on fusionne, qu’on supprime, … c’est du domaine du droit des sociétés. Mais parfois ce sont les salariés eux-mêmes qui subissent ce type de traitement, et là, il est important pour la CGT d’intervenir. Ce n’est pas parce qu’il est nécessaire pour toute entreprise (eh oui, on ne parle pas d’établissement mais bien d’entreprise) de s’adapter en continu aux évolutions du marché (le secteur de l’enseignement supérieur pouvant être très lucratif n’en étant pas moins fortement concurrentiel) qu’un employeur peut user et abuser du droit social, peut enfreindre la législation ou encore méconnaitre le droit à la dignité.

Ca se passe néanmoins comme ça, à un degré alarmant, dans une minorité d’écoles qui ne comprennent pas que cette stratégie (si c’en est une) ne peut éventuellement tenir qu’à court terme, car la détérioration des conditions de travail et le fait de bafouer la loi en matière de droit social, rejaillit immanquablement à terme sur la qualité de la formation et l’encadrement des étudiants.

COP Aix-Marseille avez-vous dit ?

COP Aix-Marseille, sur son site web précise, suite à la fusion des entités de Aix et Marseille :  » COP Aix-Marseille sera plus forte avec plus de moyens pour accompagner l’étudiant dans son apprentissage … » (http://www.aix-osteopathie.com/).

Visiblement il ne s’agit pas d’augmenter les moyens humains si on tient compte des licenciements déjà prononcés ou à venir … De quels moyens s’agit-il alors ?

Sur le bulletin scolaire d’un étudiant, on mettrait « problème de comportement » :

- un directeur qui rappelle qu’il est conseiller prud’hommes (collège Employeurs) pour dissuader les salariés d’avoir recours à la justice devant le CPH

- un directeur qui aurait le « budget illimité » pour les licenciements

- un directeur qui préciserait à qui veut bien l’entendre qu’il voudrait se « débarrasser » de l’une de ses secrétaires qui serait en « trop ».

- un directeur qui userait d’un tutoiement unilatéral et d’un vocabulaire particulièrement grossier

 

Sur le bulletin scolaire on mettrait « éprouve de grandes difficultés pour respecter le droit social » :

- une direction qui impose une modification substantielle des horaires de travail dans des délais très brefs pour déboucher sur des licenciements en cas de refus, y compris pour des personnes en charge d’enfants

- une direction qui refuse toujours la mise en place de délégués du personnel sur le site de Aix notamment, malgré les demandes du syndicat

- une direction que ne programme plus certains formateurs, sans justifications, ces derniers se trouvant alors sans travail et sans salaire

- une direction qui propose à certains formateurs un CDD d’usage alors qu’ils sont en CDI depuis plusieurs années

Et les étudiants et les familles dans tout ça ?

Nous reprendrons un extrait du même site que plus haut « (http://www.aix-osteopathie.com/) » : « Nous allons ainsi dans le sens souhaité par le Ministère de la Santé et les ostéopathes professionnels, en renforçant encore et toujours la qualité de notre enseignement pour nous affirmer comme l’école de référence du sud-est de la France. ».

Où est-il écrit dans les notes du Ministère ou dans les chartes des ostéopathes que l’employeur peut abuser de son autorité ? Si cette école est une école de référence, on serait en droit de demander à quel titre ? Dans sa capacité à « innover » sur le plan du droit social …

Le SNPEFP-CGT demande à la direction de stopper ses agissements qui provoquent depuis des semaines, voire des mois, une forte détérioration des conditions de travail des salariés et entrainent des licenciements et des droits de scolarité des étudiants qui serviront à financer des procès plutôt qu’à être investis dans la pédagogie ou dans les salaires pour améliorer le service rendu aux étudiants.

L’inspection du Travail est alertée, la médecine du Travail l’est aussi. Le Conseil des prud’hommes va l’être, puisque le directeur entendrait pouvoir user de son mandat en cas de recours de certains de ses salariés ou ex salariés …

Pour les salariés encore en place, contactez-nous pour vous aider à stopper ces agissements. Pour ceux qui ont perdu leur contrat de travail, le syndicat peut se porter partie intervenante auprès des salariés dans leur procès aux prud’hommes.

Il est extrêmement rare que notre syndicat fasse des articles de ce type sur des écoles car la plupart du temps pour les quelques écoles qui dépassent certaines limites, la CGT et les salariés savent faire comprendre à la direction le côté contre productif d’attitudes contraires au droit social et au respect de la dignité. Par contre, quand il le faut nous le faisons, car il n’est pas possible de laisser perdurer ces comportements  totalement indignes dans n’importe quel secteur et de surcroît dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la santé.

 

4 commentaires

  1. DENAEYER dit :

    Bonjour,
    Il y a les étudiants de 4 ème et 5 ème années restants à AIX qui voient leurs enseignants remerciés et non remplacés pour les cours Ces 2 promotions ne terminent pas dans de bonnes conditions, jours après jour leurs cours sont annulés.

    Répondre
  2. Carriez dit :

    Les conditions de travail tant pour les élèves que pour les enseignants sont complètement chamboulées. Il est arrivé qu’un enseignant soit obligé de diriger un cours pratique seul face à 64 étudiants.
    Les cours s’annulent les uns derrière les autres, le programme annoncé à la rentrée est loin d’être fini, si cela continue les éléves vont sortir de cette école avec des lacunes.
    On promet aux éléves un diplome de plus grande valeur grace à cette année avec cette fusion alors que jusqu’à aujourd’hui ils avaient des cours faits en temps et en heure par des professeurs compétents, et en nombre conséquent pour assurer une formation de qualité.

    Répondre
  3. kendi dit :

    En gros comment couler son concurrent et récupérer sa part de marché en toute impunité. Cette fusion n’est qu’une histoire de business ! Autant les salariés que les étudiants ont été méprisés. Nous sommes très loin des promesses de septembre lorsqu’on nous a annoncé que le meilleur des 2 écoles serait mis a profit des étudiants aujourd’hui inso n’est plus que l’ombre d’elle même.

    Répondre
  4. Un enseignant d'Ile de France dit :

    Je viens seulement de voir vos commentaires. Le groupe Novetude est malheureusement habitué à ce genre de pratique. Pour les promesses ils sont forts mais après c’est la confusion totale.
    Sa méthode est d’endormir les dirigeants d’école pour racheter leurs écoles à bas prix puis de licencier massivement les salariés profs et admins, de baisser les heures de cours afin de faire des marges importantes pour ses actionnaires.
    Le problème c’est que les dirigeants d’école se font manipuler, après les rachats, il est trop tard, ils sont minoritaires ou alors leur école ne leur appartient plus, dans tous les cas ils n’ont plus le pouvoir, ces dirigeants approchés par le groupe Novétude devrait réfléchir avant de faire n’importe quoi !!
    Novetude (Octant) est un prédateur qui achète tout ce qui est très très rentable, écoles, campings, hôtels, labos etc. Vous pensez bien que l’ostéo ou la prépa santé est le cadet de leur souci. D’ailleurs quand une école par ex n’est plus profitable, il la coule sans état d’âme et se fiche de ce que deviennent les étudiants et les profs, par ex regardez ce qu’est devenu l’école d’optique de Nancy après son rachat par novétude (GES ecole nancy) elle a été mise en liquidation judiciaire en août de l’année dernière ! Tout le monde dehors il n’y a rien à signaler…
    Il faut se battre et être vigilant en se renseignant auprès d’avocats, de l’inspecteur du travail et de la CGT qui les connait bien.
    Bon courage

    Répondre

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA