dimanche 19 nov. 2017

OF : beau succès de la CGT aux élections au Centre Culturel Italien

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
photo_elections_professionnelles

juin 2014

La CGT emporte les élections à l’unanimité au CCI (Centre Culturel Italien) par un score de 20 voix sur vingt votants (seuls la fille du patron n’a pas voté, une prof qui est là depuis peu, et deux gardiens, apparemment non informés).
Toutes les tentatives du directeur du centre pour faire échouer la CGT ont été tentées.

Cela commence pourtant de façon pacifique, des salariées souhaitent avoir un dialogue avec le directeur pour évoquer certains problèmes et signent une feuille… Cela fut considéré par l’employeur comme une déclaration de guerre. Mise à l’index des « meneuses », avertissements, celles-ci ont vite compris qu’il fallait répondre aux provocations par des actions un peu plus fermes.

C’est là que l’idée de contacter la CGT fait son chemin et la décision d’organiser les premières élections de DP.

La procédure engagée, celle-ci butte sur les multiples tentatives du directeur d’y faire obstacle. En voici quelques exemples :
- envoi à une mauvaise adresse pour convoquer la CGT aux négociations,
- le directeur qui s’inscrit sur les listes électorales (il voulait aussi présenter sa fille, qualifiant au
passage les élections de « non démocratiques »),
- suppression du poste du délégué suppléant,
- tentative d’aller récupérer les votes par correspondance à la poste sans les candidates,
- les insinuations malencontreuses du style : « il y a des gens malhonnêtes vous savez… ».

Les salariés du CCI ont fait une démonstration de lutte exemplaire sur laquelle nous devons nous pencher. Bien sûr chaque cas est différent et il n’y a pas de modèle, néanmois l’évolution du conflit avec l’employeur est intéressante : suite au refus de dialogue de leur directeur, quelques salariés sont allés voir du côté de la CGT, se sont informés de leurs droits, ont réuni leurs collègues, ont travaillé en collaboration avec l’inspection du travail, beaucoup de discussions, de réunions, et ceci pendant plusieurs mois, ont abouti à ce résultat.

Finalement ce score réalisé par nos camarades est un peu le fruit des provocations de la direction. Merci patron?
La radicalité n’est pas toujours là où on pense, les médias parlent souvent des conflits qui se radicalisent en montrant du doigt les syndicalistes, appelés « les jusqu’auboutistes ». On ne parle jamais de la radicalité des patrons!

La lutte ne fait que commencer. D’autres combats attendent ces salariés pour se faire respecter.

Bon courage camarades!
Philippe (correspondant)

Télécharger l’article

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA