dimanche 22 oct. 2017

EAD : Recrutement VIP chez EuroForma-Dis

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
Diamond with Clipping Path

Pas de doute, l’arrivée, au milieu du mois d’août, d’Eric Petco à la tête d’EuroForma-Dis aura eu le mérite de sortir ce groupe de la torpeur dans laquelle son ancien PD-G intérimaire l’avait plongé avec ses méthodes de méga contrôleur de gestion refusant de prendre toute initiative.

À peine arrivé, ce quinqua qui fait tout pour apparaître sympathique et dynamique a tenté d’imposer sa marque, de faire bouger les choses et de prendre des décisions sur des chantiers laissés en jachère depuis des lustres. Il s’est aussitôt entouré de son ancien bras droit chez « Oh My Job », Sandra Levy-Odier, puis de son ancien directeur marketing chez « Empruntis », Hugues Rolland du Roscoat. La première a été propulsée n°2 du groupe (directrice juridico-financiéro-administrative omnipotente) et le second vient d’être nommé « directeur des opérations » (barbarisme pour dire directeur commercial et marketing). Waouh ! Avec ce casting de choc, le groupe leader de l’enseignement à distance ne peut que repartir sur de bons rails, non ?

Cependant, le discours de la direction, qui est retransmis par les managers, n’est pas tout à fait aussi flamboyant que ça. En effet, les objectifs fixés aux commerciaux de chaque école pour la fin de l’année, sur le mode du « ça passe ou ça casse », sont extrêmement ambitieux compte tenu de l’absence de changements significatifs en terme de communication et d’amélioration du produit. Malgré la bonne volonté de chacun, il est peu probable que les difficultés accumulées par l’entreprise suite à des erreurs de stratégie (maintes fois dénoncés par les salariés et notamment le SNPEFP-CGT) s’envolent par magie. Il est donc tout aussi peu probable que le passage à l’année 2014 se passe comme dans un rêve dans les écoles du groupe. Au sein de ces écoles, c’est bien sûr l’impression d’un grand gâchis qui prédomine, étant donné le potentiel des équipes et les atouts de l’enseignement à distance dans la période actuelle. 

Nous appelons donc les salariés des écoles de Forma-Dis à rejoindre dès à présent le SNPEFP-CGT. En effet, il est d’ores et déjà impératif de dénoncer l’utilisation de la peur comme moteur de l’activité. Les salariés sont suffisamment au courant de la situation pour qu’on ne leur fasse pas subir des pressions supplémentaires. Il faut que les salariés s’organisent afin de faire entendre leur voix. Au moment où la nouvelle direction recrute des VIP forcément rémunérés en fonction de l’importance de leur titre, il est urgent de lui rappeler que ceux qui font tourner la machine, qui produisent les formations, qui assurent le suivi des élèves, qui conseillent et orientent les candidats, sont là depuis bien plus longtemps et méritent à la fois respect et considération. Ce n’est pas la peur qui doit les faire avancer, mais le sentiment de travailler dans une société gérée dans l’intérêt de ses salariés, et non des « copains d’avant » du patron.

7 commentaires

  1. Steph dit :

    Vous dites « des erreurs de stratégie (maintes fois dénoncés par les salariés et notamment le SNPEFP-CGT) » mais ça aurait aussi été intéressant pour le lecteur de cet article de savoir ce que vous proposiez. C’est bien beau de dénoncer…

    Répondre
    • ano nymous dit :

      Vu votre commentaire « Steph » soit vous travaillez pour la direction soit vous ne travaillez pas dans les écoles de FORMADIS !!! Dans tous les cas, votre commentaire me laisse perplexe…celui qui dénonce doit obligatoirement apporter des solutions selon vous !! Vous êtes affligeant !! Les solutions certains employés en ont mais encore faudrait il qu’il soit écoutés et non pas traités ouvertement de clampin par le big boss !!

      Répondre
  2. Pascal Régnier dit :

    Bonjour Steph. Le SNPEFP-CGT ne fait pas que dénoncer les dysfonctionnements dans les écoles mais il propose aussi et c’est son activité principale d’ailleurs. C’est pour cette raison que la CGT est le syndicat majoritaire dans la branche de l’enseignement privé à distance. Les salariés nous font confiance car nous accompagnons les changements dans les entreprises quand il le faut mais nous sommes aussi capables de nous opposer ou de dénoncer quand les décisions prises par les dirigeants nous semblent contre productives pour tous : salariés (conditions de travail et rémunération), emploi (stratégie de développement de l’entreprise), qualité du service rendu aux clients.
    Une proposition : la direction ne doit pas freiner la mise en place des représentants du personnel dans toutes les entités où la loi le permet (conditions d’effectif salariés). Ainsi elle aura des interlocuteurs directs pour remonter les positions des salariés y compris en formulant des propositions. La loi oblige maintenant l’employeur à consulter le comité d’entreprise sur la stratégie adoptée par l’entreprise, les salariés dans les entreprises par le biais de leur comité d’entreprise et de la CGT sont prêts à assumer cette fonction, n’en doutez pas. Pascal Régnier. Secretaire général du SNPEFP-CGT – 0677133880

    Répondre
  3. themisthene dit :

    Je me demande quelle est la stratégie d’action pédagogique des directeurs commerciaux? En y a t-il une? Ou alors, est ce que la formation à distance ( qui est un formidable outil d’éducation populaire et professionnelle ) se retrouvera reléguée au même rayon des mousses à raser, emprunt à taux variable et autres produits de consommation courante?…
    Ne parlons nous pas d’humain?..
    Il y a de véritables pro de l’éducation et de la formation, centrés sur l’humain….laissez les parler…Toute la stratégie d’une école est dans leurs compétences.

    Répondre
    • Collectif Snpefp (Personnels de l'Enseignement et de la Formation Privés) dit :

      Bonjour Themistène et merci pour ce commentaire plein de bon sens.
      Il est en effet temps de remettre la pédagogie, les élèves et le contenu des formations au centre des priorités et des investissements. La stratégie d’austérité qui a cours depuis bien longtemps chez Forma-Dis a montré ses limites et on ne peut que constater l’échec d’une politique de réduction de la masse salariale sans vision globale. Les salariés en sont conscients et le font savoir dès que cela est possible. Espérons que les décideurs sauront les entendre avant qu’il ne soit trop tard.

      Répondre
  4. Juliette78 dit :

    Bonjour à tous,
    Vous dites qu’ il est d’ores et déjà impératif de dénoncer l’utilisation de la peur comme moteur de l’activité. Que les salariés sont suffisamment au courant de la situation pour qu’on ne leur fasse pas subir des pressions supplémentaires et qu’il faut qu’ils s’organisent afin de faire entendre leur voix. Effectivement, les salariés sont au courant, oui. Et en effet, il est urgent de rappeler que ceux qui font tourner la machine, qui produisent les formations, qui assurent le suivi des élèves, qui conseillent et orientent les candidats méritent à la fois respect et considération. Mais malheureusement c’est bien la peur et les « copains d’avant » du patron qui font avancer les salariés qui subissent des baisses de salaires (plus de prime exceptionnelle, plus de chèques cadeaux, plus d’invitation au repas de fin d’année…) et toutes sortes de pressions (subir le regroupement, la restructuration, la fusion…).
    En effet, les objectifs fixés aux commerciaux de chaque école pour la fin de l’année sont extrêmement ambitieux compte tenu de l’absence de changements significatifs en terme de communication et d’amélioration du produit. Il est évident, que malgré la bonne volonté de chacun, il est peu probable que les difficultés accumulées par l’entreprise, suite à des erreurs de stratégies maintes fois dénoncées par les salariés, s’envolent par magie !
    Peut-être que celles-ci s’envoleront grâce aux économies budgétaires, et à l’importante réduction de la masse salariale (proposition de rupture conventionnelle, licenciement à l’amiable…). Une manière de contourner le licenciement économique ? Affaire à suivre.

    Répondre
  5. Justine75 dit :

    Bonjour à tous,

    Nous sommes déjà en juin et pourtant la stratégie de réduire la masse salariale, grâce aux ruptures conventionnelles, licenciement etc… continue et pour l’une des écoles l’objectif sera bientôt atteint, éradiquer l’ensemble des commerciaux. Malgré la bataille mené par les déléguées du personnel et le délégué syndicale rien n’a pu se mettre en travers de cet abattage… Que va devenir cette école du Nord, je ne vois pas de réponse, si ce n’est être effacé complètement de la carte du Gie!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA