mardi 22 août 2017

EAD : La Chaned revient à la table des négociations de branche

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_ead_identifiant_site_grand_format

On les attendait depuis longtemps, presqu’un an en réalité. La chambre patronale de l’enseignement à distance, la Chaned, a finalement décidé de revenir négocier en commission paritaire nationale de branche. Il aura fallu que les organisations syndicales de salariés se fendent de plusieurs courriers solennels à la Chaned et la Direction Générale du Travail pour que les choses s’accélèrent. Ou peut-être que ce retour à la table des négociations coïncide tout simplement avec le changement de gouvernance à la tête d’EuroForma-Dis, groupe leader du secteur et dont les dirigeants sont aussi les membres du conseil d’administration de la Chaned.

Bref, toujours est-il que les discussions vont reprendre le 4 décembre prochain, lors d’une commission paritaire avec un ordre du jour très chargé, comme il se doit étant donné l’absence de toute discussion depuis un an.

  1. Lors de la dernière réunion de l’hiver dernier, les partenaires sociaux étaient en train de finaliser la nouvelle grille de classifications des métiers de l’enseignement à distance. Sur ce dossier, le SNPEFP-CGT entend bien reprendre la négociation exactement là où elle s’est arrêtée, en s’intéressant particulièrement au cas des télé-conseillers. Les représentant patronaux, il y a un an, souhaitaient les maintenir à des coefficients et donc à des salaires minima très en-dessous de ce qui est acceptable pour nous. Nous serons donc très vigilants et tâcheront de faire comprendre qu’il est dans l’intérêt de tous d’offrir aux télé-conseillers une perspective de carrière attractive et valorisante.
  2. Le retard accumulé a également permis aux patrons de passer par pertes et l’augmentation du SMIC en janvier 2013. Aucune négociation sur les barèmes minimaux des salaires n’a été entreprise depuis un an, alors que le SMIC a dans le même temps augmenté, certes de 0,3% seulement, mais a augmenté quand même. Alors que l’on peut espérer un nouvelle hausse en janvier 2014, il est donc urgent de revoir les minima de notre branche afin de permettre aux petits salaires d’être revalorisés.
  3. Ce qui devait être le grand chantier de 2013, à savoir la négociation d’un accord de prévoyance de branche, et la désignation d’un organisme dédié, devra également être remis à l’ordre du jour. Le SNPEFP-CGT insistera pour que cela aille de pair avec une négociation sur les mutuelles, comme le prévoit la loi de Loi sur la sécurisation de l’emploi transcrivant l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013.
  4. Enfin, quiconque s’est penché, ne serait-ce rapidement, sur notre convention collective, aura rapidement noté à la fois son côté vintage et la superficialité de son contenu ! En effet, il est nécessaire que les partenaires sociaux se saisissent de cette convention et la fasse vivre avec son temps. De nombreux droits peuvent être conquis par les salariés de la branche, en termes de formation professionnelle et de congés.

Tous ces dossiers seront donc mis sur la table, et le SNPEFP-CGT sera en première ligne pour qu’ils aboutissent de façon favorable pour les salariés du secteur.

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA