vendredi 21 juil. 2017

EAD : Répression brutale à EDUCATEL (Rouen)

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_ead_identifiant_site_grand_format
le jeudi 4 novembre 2010

Dialogue social unilatéral et musclé à Educatel : un seul but, éradiquer toute velléité des salariés à faire valoir leurs droits !

Nous venons d’apprendre que la direction du CIED (Educatel Rouen enseignement privé à distance) a adressé une mise à pied conservatoire à 6 télé-conseillers grévistes en vue de leur licenciement. La direction a déclaré que le motif de cette mise à pied serait donné lors des entretiens préalables prévus la semaine prochaine.

Le département de vente par téléphone d’Educatel s’était majoritairement mis en grève (du 1er septembre au 18 octobre 2010) pour obtenir une renégociation du système de commissionnement des ventes ainsi que l’application de leur convention collective en matière de classification. Ils avaient repris le travail le 18/10 après avoir obtenu une baisse sensible des objectifs à atteindre. Deux semaines à peine après la reprise du travail, la direction frappe les grévistes . Un référé pour obtenir l’annulation de la sanction pour fait de grève a aussitôt été déposé et sera plaidé le mardi 9/11. Le mardi 9/11, c’est aussi le jour où le délégué syndical du SNPEFP-CGT d’Educatel sera reçu par l’Inspection départementale du travail pour avis sur l’autorisation de son licenciement. En effet la direction d’Educatel a fait appel de la décision de l’Inspection du travail qui avait refusé le licenciement de notre camarade pour motif de discrimination syndicale.

L’union départementale CGT 76, le SNPEFP-CGT et la FERC-CGT dénoncent la méthode répressive utilisée par la direction portant atteinte au droit de grève et à la liberté syndicale. Ils mettront leurs forces solidaires en commun pour contrer le comportement inacceptable de la direction d’Educatel et ils assurent « les Educatel mis à pied » de leur soutien actif.

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA