lundi 25 sept. 2017

UCO : Catho d’Angers : l’accord salarial conclu entre la CGC et la direction est un accord inégalitaire et en trompe l’œil

FacebookViadeoLinkedInGoogle+TwitterPartager
secteur_sup_udesca

Au nom de la prudence et des difficultés que rencontre notre pays, on cherche à culpabiliser les  salariés de l’UCO.

D’une part, il est curieux de constater que la CGC à l’UCO s’en tienne aux seules propositions de la direction  quand sur le plan national la CGC participe à la coordination des 8 syndicats qui appelle à la grève le 19 mars, avec comme mot d’ordre, entre autres choses, le pouvoir d’achat.

D’autre part, nous avons assisté lors de la commission paritaire du 27 février  à un marché de dupes, où  en promouvant une co-gestion raisonnée,  le syndicalisme  perd son âme.

Il est nécessaire de ne pas perdre de vue les réalités économiques, oui mais toutes les réalités.

Pour mémoire alors que les cotisations salariales sont stables (21,36% en 2006-2007 et 21,32% en 2007-2008), les cotisations patronales sont en net recul (56, 32% en 2006-2007 et 45,70% en 2007-2008). En a-t-il été tenu compte lors des négociations ? Absolument pas, la discussion, sans plus de discernement de la part du seul syndicat ayant accepté l’enveloppe de la direction, a eu lieu sur la base de charges patronales inchangées. C’est le risque encouru lorsqu’on accepte de se mettre dans le cadre de référence de l’autre partie ! Ensuite il n’a été question que d’ajustement pour ne pas dépasser les limites fixées. La CGC s’est enfermée seule dans le carcan des 233 000 euros, renonçant petit à petit à des fractions d’augmentations collectives sur le long terme au profit d’une prime ponctuelle, nettement insuffisante, et d’une gestion individualisée des primes et points.

La négociation se doit d’être collective et équitable.  Sur la base de quels arguments justifie-t-on une progression de 10 points pour les AES et de 3 points pour les enseignants ? Est-il tolérable de distinguer entre les salariés ? Ce d’autant plus que l’augmentation uniforme de 10 points de toutes les catégories AES (hors la catégorie G) a été justifiée par la nécessité de garder les écarts entre les catégories et par la nécessité de maintenir l’effort pour améliorer les salaires des AES. Je voudrais comprendre dans ce cas ce qui distingue les 17 enseignants ayant un salaire compris entre 1700 et 2450 euros des 77 AES dans la même situation ? Les premiers ne seront augmentés que de 3 points, les seconds de 10 points !

La direction nous annonce une progression moyenne des salaires de 4%, j’ai beau faire et refaire les calculs, dans mon cas l’augmentation ne sera que de 1,6%  dans le  cadre de l’accord signé entre la CGC et la direction 2,4% si  le point de la fonction publique augmente de 0,8% (il y a tout de même un différentiel puisque 2 augmentations ont été prévues par l’Etat : une de 0,5% en juillet et une de 0,8% en octobre). Je vous invite à faire vos propres estimations et à me les transmettre.

Laisser un commentaire

Toute communication doit se faire dans le respect des personnes et conformément aux lois relatives à la presse (non diffamation, …) - Loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse, articles 29 à 35. Le modérateur pourra supprimer toute communication contraire à ces principes.

*

Réalisation Agence Web MEVIA